Vous êtes ici : Accueil » Dossiers » "L’Arche d’alliance" de la mosaïque byzantine - Oratoire carolingien de (...)

"L’Arche d’alliance" de la mosaïque byzantine - Oratoire carolingien de Germigny-des-Prés

D 30 octobre 2014     H 08:52     A Béatrice Louys     C 0 messages


Construit à l’initiative de Théodulf, évêque d’Orléans [1], nommé par Charlemagne, l’oratoire carolingien de Germigny-des-Prés (ou église de la Très-Sainte-Trinité) [2] dans le Loiret contient, sur le cul de four de l’abside, la seule mosaïque byzantine de France. Elle représente deux anges, qui entourent l’Arche d’alliance, le coffre hébreux contenant les Tables de la Loi.

La mosaïque date du IXème siècle. Badigeonnée lors de la Révolution française, elle a été restaurée en 1846.

La mosaïque, d’une surface totale de 9 m2, est composée de 130 000 tessères de différentes couleurs : vert, rouge, bleu, blanc, noir, sinople, gris, or, argent...

La composition peut se regarder comme trois cercles entrelacés (au niveau des ailes des anges), deux cercles en haut l’un à côté de l’autre et un au milieu en bas, avec, au centre, la main de Dieu (ou du Christ) descendant des cieux. Dans chaque cercle du haut, se trouve un grand ange, un séraphin. La partie qui nous intéresse est le cercle du bas, avec l’Arche d’alliance.

Texte biblique de référence : Ex 25, 10-21

La description de l’Arche se trouve dans la Bible, dans le récit de l’Exode, au chapitre 25, versets 10 à 21. Ci-dessous la version de la Traduction Oecuménique de la Bible (TOB) :

« Ils feront donc une arche en bois d’acacia, longue de deux coudées et demie, large d’une coudée et demie, haute d’une coudée et demie. / Tu la plaqueras d’or pur ; tu la plaqueras au- dedans et au-dehors et tu l’entoureras d’une moulure en or. / Tu couleras pour elle quatre anneaux d’or et tu les placeras à ses quatre pieds : deux anneaux d’un côté et deux anneaux de l’autre. / Tu feras des barres en bois d’acacia, tu les plaqueras d’or et tu introduiras dans les anneaux des côtés de l’arche les barres qui serviront à la porter. / Les barres resteront dans les anneaux de l’arche, elles n’en seront pas retirées.
Tu placeras dans l’arche la charte que je te donnerai. / Puis tu feras un propitiatoire en or pur, long de deux coudées et demie, large d’une coudée et demie. / Et tu feras deux chérubins en or ; tu les forgeras aux deux extrémités du propitiatoire. / Fais un chérubin à une extrémité, et l’autre chérubin à l’autre extrémité ; vous ferez les chérubins en saillie sur le propitiatoire, à ses deux extrémités. / Les chérubins déploieront leurs ailes vers le haut pour protéger le propitiatoire de leurs ailes ; ils seront face à face et ils regarderont vers le propitiatoire. / Tu placeras le propitiatoire au-dessus de l’arche et, dans l’arche, tu placeras la charte que je te donnerai.
 »

Commentaire

La représentation de l’Arche d’alliance, avec son propitiatoire (couvercle d’or) et ses deux chérubins, se limite donc à la partie basse de la mosaïque, approximativement le tiers de l’ensemble. Sur un même plan, nous voyons trois côtés de l’Arche (le dessus, un petit côté et un long côté), ce qui n’est absolument pas réaliste et ne respecte pas la perspective, mais nous permet d’en voir le plus possible, aussi bien du coffre lui-même que des chérubins.

Pour les dimensions de l’Arche, indiquées précisément dans le texte biblique en « coudées » [unité de longueur, qui a, comme base, la longueur allant du coude jusqu’à l’extrémité de la main, donc de 45 cm environ], il est difficile de se prononcer, du fait de la courbure du support. Néanmoins, force est de constater que le mosaïste a tenté de respecter les proportions, ainsi que le fait que tout soit en or ou recouvert d’or. Une « moulure en or » est également discernable. Par contre, les quatre anneaux d’or ne sont pas placés « à ses quatre pieds », mais au milieu de l’arête formant les quatre coins de l’arche, ce qui parait plus aisé pour la porter. Les barres en bois d’acacia, plaquées d’or, y figurent effectivement et n’ont pas été « retirées ».

Elle est ornée, comme l’exige Dieu par l’intermédiaire de Moïse, de deux chérubins « à ses deux extrémités », qui nous indiquent le coffre avec leurs mains. Dans la hiérarchie céleste, les chérubins sont les anges du second chœur et suivent les séraphins. Ils n’ont qu’une paire d’ailes, contrairement aux deux paires d’ailes bleues généralement représentées dans l’iconographie chrétienne du Moyen-Âge, mais le texte biblique ne donne aucune précision au sujet des ailes, que ce soit pour leur nombre ou leur couleur. Ils sont bien conformes aux prescriptions faites, en mission de protection du propitiatoire.

Quant à la charte, nous ne pouvons que supposer qu’elle ait été placée à l’intérieur, puisque le propitiatoire est en place « au-dessus de l’arche », comme exigé dans le texte. Cette représentation est particulièrement intéressante, puisqu’elle a été réalisée durant la crise iconoclaste, qui a sévi jusqu’en 843. Le mosaïste de Germigny a renoncé à la représentation du Christ ou de la Mère de Dieu (à la place que la tradition byzantine réserve habituellement aux images de la Vierge trônant, le Christ sur ses genoux), pour une image équivalente sur le plan symbolique. Cela constitue une exception de taille à l’interdiction de fabriquer des images.

Cette Arche rappelle la Première Alliance de l’Ancien Testament, mais elle symbolise, ici, le Christ, qui a révélé la Nouvelle Alliance (le Nouveau Testament).


[1Théodulf était contre le culte des images, comme celles du Christ ou des saints dans les églises, de peur qu’elles ne soient adorées comme des idoles par les fidèles

 

Mots-Clefs

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document